C.M. von Weber: Der Freischütz | Immling-Festival 2018

« Par sa simple voix, elle procure à cette performance des moments magiques : si tendres, si
beaux - toute la salle retient son souffle à l’écoute de ses arias... »

Bayrischer Rundfunk (BR-Klassik), 16/07/2018

Giuseppe Verdi: Un ballo in maschera

Dans le rôle d’Amelia, la chanteuse Katja Bördner est au centre de toutes les attentions. Elle mène sa belle voix soprano sans effort et maîtrise avec brio tous les registres. L’intensité émotionnelle avec laquelle elle façonne son rôle touche profondément. Ses arias « Ecco l’orrido campo » et « Morrò, ma prima in grazia » allient finesse vocale et expressivité.

Der Opernfreund, 30.04.2017

Peter Sham / Brad Carroll: Otello et autres

Le public éclate de rire - première réussie

Katja Bördner (Diana Divane) fait une apparition très remarquée avec un petit extrait d’un grand répertoire. Munie d’accessoires toujours nouveaux qu’elle fait apparaître, comme par magie, de son sac de voyage, elle entre parfois dans la peau d’une Carmen sensuelle, puis d’une Valkyrie en colère dans un pot-pourri best of de l’opéra. Avec des lunettes de soleil sombres comme Maria Callas ou en simulant des yeux bridés comme « Madama Butterfly » de Puccini, Katja Bördner parodie la position d’une soprano et enchante tout simplement son public avec sa voix. Dans la première, elle est acclamée, à juste titre, pendant plusieurs minutes.

musicalzentrale, 19.3.2017

Giacomo Puccini: La Rondine

Baignés par la beauté des sons

« Ch’il bel sogno di Doretta » est une aria très célèbre chantée par Katja Bördner avec l’assurance d’un somnambule et un brio inégalable. Son interprétation de Magda, élégante dans son tailleur et une cigarette à la main, fascinait par son chant et son jeu d’acteur, tandis qu’elle expliquait très clairement la métamorphose de ses sentiments.

Weserkurier, 01.06.2015

Eduard Künneke: Der Vetter aus Dingsda

Katja Bördner s’est également imposée dans le rôle d’une Julia un peu trop tendue et parfois évanouie, en composant avec sa voix soprano exceptionnelle un véritable délice musical. C’est avec la mélodie la plus pure qu’elle a chanté à la lune radieuse.

Der Opernfreund, 04.02.2015

Emmerich Kálmán: Comtesse Maritza

Pleurer de rire

Katja Bördner, qui vient d’incarner Desdemona dans l’Otello de Verdi, réussit également une performance talentueuse dans le rôle de Mariza. Elle ne chante pas seulement brillamment avec une voix soprano claire et expressive, mais donne également vie à la scène par sa danse.

Kreiszeitung 18.02.2014

Giuseppe Verdi: Otello

Une Desdemona plus que convaincante : Katja Bördner mène un ensemble exceptionnel

L’avant-dernière œuvre de Verdi, présentée au théâtre municipal de Bremerhaven ne devrait pas s’intituler « Otello », mais « Desdemona » au vu de la performance produite par Katja Bördner. Les chanteurs invités ont été aussi remarquables que l’ensemble local et la soprano Katja Bördner les a tous surpassés lors de cette première de Noël réussie. Son « Ave Maria » a même fait couler les larmes du public. (...) En étroite collaboration avec le metteur en scène Bruno Berger-Gorski, Katja Bördner trouve une approche convaincante de son personnage. Sûre d’elle-même et vêtue d’une combinaison jaune, elle considère qu’il est en dessous de sa dignité de se défendre contre la dénonciation, (...) Elle est d’autant plus touchante lorsqu’elle laisse libre cours à son chagrin, seule dans son coin. Katja Bördner donne corps à des scènes puissantes (« Lied von der Weide » et « Ave Maria ») qui émeuvent avec de beaux pianissimos et des sous-entendus dramatiques.

Nordsee-Zeitung, 26.12.2013

Bedrich Smetana: La Fiancée Vendue

Katja Bördner interprète Marie. La chanteuse est probablement le membre le plus profilé de l’ensemble de Bremerhaven qui a su convaincre jusqu’à présent dans tous les rôles. Par exemple Marie qu’elle incarne avec une voix soprano au timbre brillant et chaleureux et avec beaucoup de tempérament et d’émotion.

Kreiszeitung 23.04.2013

L’ensemble est porté par le rayonnement de Katja Bördner. L’interprétation soprano chaleureux de cette Marie, son charme, son désespoir touchent directement le cœur du public.

Nordsee-Zeitung, 22.04.2013

Arrigo Boito: Mefistofele

Le point culminant a été la scène d’ouverture du 3e acte, où Margherita est envahie de folie et pousse un landau vide à travers la scène. Katja Bördner a joué et chanté ici avec une intensité qui a fait frémir le public. Son aria « L’altra notte in fondo al mare », interprétée avec une voix soprano lumineuse et des crescendos développés à partir du piano, s’est avérée être un point culminant de la représentation. Elle a incarné aussi avec brio Elena.

Kreiszeitung, 17.09.2012

Katja Bördner comme "Margherita" in "Mefistofele" du Arrigo Boito, Régie: Philipp Kochheim, Mise en scène: Barbara Bloch